Croquettes sans céréales : phénomène de mode ou vraie bonne idée ?

scroll

N° URGENCES

02 96 74 94 93 (Quintin)

02 96 42 10 31 (Ploeuc)

Croquettes sans céréales : phénomène de mode ou vraie bonne idée ? par le Docteur Vétérinaire Caroline Pinchon

Depuis quelques années, que ce soit sur les forums, sur les réseaux sociaux ou au cours de nos consultations, nous voyons fleurir les interrogations concernant la place des céréales dans les croquettes pour nos chiens et chats de compagnie.

Ces questionnements nous semblent légitimes et nous avons décidé d’apporter, sans parti pris, une réponse objective aux questions qui vous taraudent.

Les croquettes sans céréales, « grain free », sans gluten etc fleurissent sur le net et sur les étagères des animaleries et autres jardineries. On peut se demander si c’est une bonne chose ou au contraire, si cela représente un danger pour la santé de nos compagnons à quatre pattes.

Les débats sont souvent animés et on entend parfois des arguments « choc » en faveur de ce type de croquettes ;

  • Le chien et le chat étant des carnivores, il serait aberrant de les nourrir avec des glucides
  • Les glucides et céréales favoriseraient l’obésité et le diabète
  • Les céréales, le gluten en particulier seraient responsables d’allergies alimentaires et de maladie cœliaque
  • Les céréales représenteraient un risque pour la santé de nos animaux à cause des mycotoxines qu’elles peuvent contenir

 

Nous répondrons point par point à ces allégations qui sont en grande partie fausses.

Tout d’abord concernant la nature « carnivore » de nos chiens et chats, qu’en est-il ?

Si le loup est bien un carnivore qui se nourrit exclusivement de proies, le chien quant à lui ne partage plus tout à fait ce statut. En effet, 40000 ans de domestication aux côtés de l’homme ont considérablement fait évoluer son régime alimentaire. Les scientifiques sont formels ; les chiens et l’homme évoluent de façon parallèle et ont appris ensemble d’abord à se connaître puis à digérer l’amidon. Pour preuve, le chien possède désormais l’équipement enzymatique nécessaire (la fameuse amylase) et est capable de digérer 90% de l’amidon à condition que celui-ci soit suffisamment cuit.

Et le chat me direz-vous ? Le chat n’a pas suivi le même chemin évolutif et demeure un carnivore qui se nourrit essentiellement de proies dans la nature. Pour autant, un régime carnivore ne veut pas dire que l’animal ne consomme que des protéines ; lorsque qu’un chat mange une proie, il consomme également son foie, son cerveau et ses viscères ainsi que leur contenu (céréales pour les rongeurs par exemple), on estime la part de glucides dans ce type de régime alimentaire à environ 10% des apports. De nombreuses études ont par ailleurs démontré qu’un apport en glucides modéré (de l’ordre de 20%) ne présentait pas d’effet néfaste sur la santé, en particulier la digestion et le microbiote intestinal du chat. Quels sont les signes d’un excès de glucides dans la ration alimentaire d’un chat ? L’excès de glucides va perturber la flore intestinale du chat, entraînant des ballonnements, flatulences et une modification de la qualité des selles qui deviendront molles voir liquides.

Mais pourquoi diable les industriels utilisent-ils des glucides, des céréales en particulier, pour la fabrication de leurs croquettes ?

Les raisons en sont multiples et plus ou moins justifiées. Une de ces raisons est que les glucides représentent une source d’énergie bon marché et bien assimilée par nos animaux (en particulier les chiens), en comparaison des protéines animales dont le coût est bien plus élevé. La deuxième raison quant à elle se résume au simple fait qu’il est très difficile voire impossible d’obtenir une consistance et une conservation acceptable pour des croquettes sans utiliser de glucides.

Ces glucides peuvent être des céréales comme le blé, le riz, le maïs… dans les croquettes sans céréales, les glucides ne sont pas absents mais remplacés par de la pomme de terre, des légumineuses (pois, lentilles etc) ou de la patate douce.

Les croquettes « sans céréales » sont donc bien « sans gluten » mais pas sans glucides et peuvent même parfois contenir des taux de glucides bien supérieurs à ceux des croquettes classiques !

D’ailleurs, pourquoi rechercher des croquettes « sans gluten » ?

Chez l’homme on connaît bien la maladie cœliaque qui touche un petit pourcentage de la population pour qui le gluten a un effet néfaste sur la digestion et la santé. Il faut savoir que l’intolérance au gluten et la maladie cœliaque n’ont jamais été mis en évidence chez les chats et qu’elles ont été observées chez une infime portion de la population canine (quelques lignées de setter en particulier).

L’argument « sans gluten » est donc un pur argument marketing qui surfe sur la vague d’une tendance en santé humaine à se méfier du gluten, d’ailleurs assez peu justifiée pour les personnes n’ayant pas de soucis de santé.

On peut cependant légitimement se poser la question du risque d’allergie alimentaire qui pourraient se développer à cause des glucides présents dans les croquettes, qu’en est-il ?

Chez le chat tout d’abord les allergies alimentaires vraies sont rares et le plus souvent dues au poisson, au bœuf ou aux protéines de lait. Les allergies alimentaires dues aux céréales sont estimées à environ 8% des allergies alimentaires et la céréale la plus souvent incriminée est le maïs.

Chez le chien, les allergies sont plus fréquentes certes mais encore une fois ce sont les protéines animales et non les céréales qui sont mises en cause dans plus de 90% des allergies alimentaires. Les céréales sont accusées par certain d’augmenter le risque d’allergie en favorisant le passage des allergènes dans l’intestin mais aucune étude scientifique n’a permis de confirmer cette théorie.

Concernant les risques de développer du diabète et de l’obésité, contrairement aux idées reçues, chez l’animal, ce n’est pas l’excès de glucides en tant que tel mais l’apport d’énergie en quantité déraisonnable qui est à l’origine du surpoids, de l’obésité et par voie de conséquence du diabète. Il faut donc veiller à ne distribuer à nos animaux que la quantité nécessaire pour répondre à leurs besoins afin de prévenir ces risques.

Enfin, concernant le risque de mycotoxines dans les croquettes, sachez que les fabricants de croquettes Premium réalisent des contrôles qualité suffisamment stricts pour s’en affranchir et que le risque est surtout présent dans les croquettes de fabrication « exotique » d’origine plus ou moins vérifiable et transparente. Le risque de mycotoxines n’est d’ailleurs pas exclusivement réservé aux céréales et est également présent avec les pommes de terre et les légumineuses. La qualité de la conservation à la maison va également jouer un rôle car les mycotoxines peuvent se développer en cas de mauvaises conditions de maintien (température, humidité, exposition à la lumière).

Alors, pour ou contre les croquettes sans céréales ?

De mon côté, je me rangerais volontiers au célèbre avis de Coluche « ni pour, ni contre, bien au contraire » 😉

Ce n’est pas la présence ou l’absence de céréales qui fait la qualité d’une croquette et la simple lecture de l’étiquette ne nous en dit parfois pas suffisamment pour pouvoir trancher. En effet, certains paramètres sont inconnus et pourtant déterminants ; par exemple la bonne cuisson des glucides afin de permettre une bonne assimilation mais par contre une cuisson à basse température des protéines animales pour ne pas en altérer la qualité et une incorporation à froid des graisses pour éviter leur oxydation. Concernant les protéines, il n’y a pas que la quantité à prendre en considération, la qualité et la digestibilité de ces dernières est déterminante. Pour cette raison, il faut se méfier des croquettes présentant un taux de cendres trop élevé qui peut refléter une mauvaise qualité et une faible disponibilité pour l’organisme des protéines utilisées (par exemple si elles sont issues exclusivement de carcasses et non de muscles)

Méfiez-vous des croquettes low-cost et n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire !

Et n’oubliez pas les critères essentiels qui indiquent que l’alimentation de votre chien ou de votre chat lui convient ; une bonne digestion (et donc des selles en quantité réduites et de consistance normale), un beau poil et une bonne vitalité !

Les croquettes Premium constituent une façon facile, rapide et économique de nourrir nos animaux, c’est un bon compromis entre la ration ménagère et les croquettes bas de gamme.

Si vous en avez le temps, la possibilité et surtout l’envie, réaliser une ration ménagère équilibrée avec des matières premières de bonne qualité et un complément minéral et vitaminé est la solution idéale et vos vétérinaires sont prêts à vous conseiller en ce sens. Vous pourrez ainsi cuisiner pour votre animal afin d’allier plaisir et équilibre !

Cependant cette solution ne convient pas à tous, pour des raisons financières, de disponibilité ou de praticité les croquettes demeurent une excellente alternative pour peu que l‘on s’assure de leur qualité et de leur adéquation avec les besoins de votre animal… et nous sommes là pour vous conseiller en ce sens !

Sources

https://www.pourlascience.fr/sd/archeologie/pourquoi-le-chien-digere-le-pain-11567.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Domestication_du_chien

https://conseils-veto.com/croquettes-sans-cereales-chat/

Croquettes ou pâtée ? : 50 idées reçues en nutrition du chien et du chat de Charlotte Devaux, vétérinaire
chat