Protéger nos animaux contre les tiques, c’est aussi protéger l’Homme.

scroll

N° URGENCES

02 96 74 94 93 (Quintin)

02 96 42 10 31 (Ploeuc)

Les tiques sont des acariens que l’on retrouve principalement en forêt au printemps et en automne sous nos latitudes. En Europe, elles représentent les plus importants vecteurs d’agents pathogènes (bactéries, virus et parasites) responsables de maladies infectieuses pour l’Homme et les animaux. Il existe un peu moins de 1 000 espèces de tiques dans le monde mais seules quelques-unes sont vectrices d’agents pathogènes entraînant des maladies plus ou moins graves.

Les maladies transmises pas les tiques peuvent être d’origine :

  • Bactérienne (maladie de Lyme, bartonellose),
  • Virale (encéphalites à tiques)
  • Parasitaire (piroplasmose canine, babésiose bovine).

 

En France, la principale maladie humaine liée aux tiques est la maladie de Lyme. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) étudie à la fois les tiques et les agents pathogènes qu’elles transmettent, afin de les identifier, de les caractériser et de lutter contre leurs effets nocifs.

 

Comment les tiques transmettent-elles les agents pathogènes responsables de maladies ?

Les tiques se nourrissent du sang des animaux ou des humains sur lesquels elles se fixent. Elles peuvent alors s’infecter en prélevant des agents pathogènes sur des hôtes infectés. Elles vont ensuite retransmettre ces agents pathogènes aux hôtes sur lesquels elles vont de nouveau prendre un repas de sang : les tiques sont donc des « vecteurs » d’agents pathogènes responsables de maladies animales et humaines. La transmission se fait principalement par le biais de leur salive.

 

Les tiques sont de très bons vecteurs car :

  • Pour beaucoup d’espèces, elles prennent des repas sanguins très volumineux et longs (et ont ainsi plus de chances d’absorber et de transmettre un agent pathogène)
  • Accrochées à leur hôte, elles peuvent parcourir de très grandes distances (dissémination importante).
  • Grâce à leur durée de vie très longue (plusieurs années), elles maintiennent longtemps ces agents pathogènes dans la nature.
  • Pour beaucoup d’espèces, elles se nourrissent sur des hôtes très différents, qui peuvent être porteurs d’agents pathogènes variés et permettent ainsi une très bonne circulation des micro-organismes au sein des espèces animales.
  • Elles se reproduisent en très grande quantité.
  • Grâce aux substances présentes dans la salive qu’elles injectent, leur piqûre est indolore.
Les étapes de la vie d'une tiques

La maladie de Lyme est la principale maladie humaine liée aux tiques dans l’hémisphère nord. Elle est provoquée par une bactérie appartenant au groupe Borrelia burgdorferi.

Quelques jours après la piqûre de tique, en cas d’infection, un érythème migrant (halo rouge caractéristique sur la peau) apparaît autour du point de piqûre et s’étend de façon circulaire. A ce stade, un traitement antibiotique permet d’enrayer la maladie. En l’absence de traitement, la maladie peut provoquer des atteintes cutanées, musculaires, neurologiques et articulaires pouvant être très invalidantes. Un traitement antibiotique existe, efficace s’il est administré rapidement, d’où l’importance d’un diagnostic rapide après une piqûre de tique.

Les recommandations de l’ANSES

Pour vous protéger des morsures de tiques, lors de vos promenades en forêt :

  • utilisez des répulsifs, en privilégiant ceux disposant d’une autorisation de mise sur le marché et en respectant leurs conditions d’emploi (l’ensemble de ces informations figurent sur l’étiquette, l’emballage et/ou la notice des produits,
  • portez des chaussures fermées et des vêtements couvrants de couleur claire (afin de mieux repérer les tiques sur la surface du tissu),
  • évitez de marcher au milieu des herbes hautes, des buissons et des branches basses et privilégiez les chemins balisés.
  • inspectez-vous au retour de vos promenades,
  • en cas de piqûre, détachez immédiatement les tiques fixées à l’aide d’un tire-tique, une pince fine ou à défaut vos ongles (n’utilisez en aucun cas de l’éther ou tout autre produit) et désinfectez la plaie
  • Surveiller la zone de piqûre pendant plusieurs jours et consulter votre médecin en cas de symptômes

 

Suite à une piqûre de tique, consultez immédiatement votre médecin en cas d’apparition de symptômes inexpliqués ou d’érythème migrant.

 

Source internet ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail)